Faciliter la digestion

Faciliter la digestion

Comment faciliter sa digestion ?

 

Les repas de fêtes sont toujours plus difficiles à digérer, surtout quand on les enchaine en très peu de temps. Notre estomac, nos intestins, notre foie … nous rappellent à l’ordre. Voici quelques astuces pour favoriser la digestion et éviter de stocker de trop, les brûlures d’estomac, le reflux gastro-œsophagien ou tout simplement la crise de foie !

Petits rappels sur la digestion

 

Menez une vie plus saine

 

Les troubles digestifs apparaissent souvent après un repas copieux ou une soirée arrosée… La digestion commence dès la mastication : les dents découpent les aliments en petits morceaux ; la salive les humidifie et libère des enzymes qui fragmentent, en partie, les chaînes de sucres et d’amidon. Une fois que le tout forme une masse visqueuse, on peut déglutir. Le bol alimentaire progresse dans l’œsophage.
Dans l’estomac, des glandes libèrent de l’acide chlorhydrique ainsi que différentes enzymes chargées de découper les protéines. Sous l’action chimique et mécanique, les aliments sont transformés au bout de trois heures en une bouillie, le chyme, qui est propulsé progressivement dans les intestins.
Au niveau des intestins, c’est au tour de la vésicule biliaire puis du pancréas, de libérer leur contenu. La bile favorise essentiellement la digestion des graisses, alors que les enzymes du pancréas s’attaquent aussi bien aux protéines qu’aux graisses.
Dans l’intestin, les nutriments sont absorbés par les villosités intestinales pour passer dans la circulation sanguine. Après six à huit heures de digestion, tout ce qui n’est pas absorbé, poursuit sa progression dans le côlon pour former les selles.

ASTUCE N°1

 

Le curcuma

 

Antibactérien, le curcuma nettoie l’estomac
La curcumine régule la flore. Elle a un effet antibactérien amplifié par ses propriétés immunostimulantes et antioxydantes. Chez l’homme, le curcuma soulage les brûlures gastriques, les éructations, les douleurs abdominales et les ballonnements.
Le mode d’emploi : le curcuma est mieux assimilé quand on le consomme avec des matières grasses et un peu de poivre. Dès qu’on a mal ou avant de manger des aliments irritants, on mélange une cuillerée à café de curcuma (soit 200 mg de curcuminoïdes) dans une cuillerée à soupe d’huile d’olive, et l’on y ajoute un peu de poivre noir. On saupoudre le tout, une fois par jour, sur une salade ou sur un plat chaud. Ne pas forcer la dose au risque d’irritations !
Drainant, le curcuma améliore le travail du foie
– Le curcuma favorise le drainage des déchets en stimulant la sécrétion de bile, une substance qui joue un rôle clé dans la dégradation et l’élimination des graisses.
– Par ailleurs, puissamment antioxydant, il préserve les cellules du foie des effets secondaires du paracétamol et des chimiothérapies (voir avec son oncologue s’il n’y a pas d’inhibition avec la molécule de votre chimio).
– Enfin, il protège les hépatocytes des agents toxiques, qu’il s’agisse de virus ou d’alcool.
Le mode d’emploi : avant un repas de fête ou en cure détox, on mélange là encore une cuillerée à café de poudre à de l’huile d’olive et du poivre (idéal dans les sauces salades).

ASTUCE N°2

 

Une balade digestive

 

Bien sûr, il faut éviter tout sport intensif. Mais une promenade après le repas permet de s’aérer, de s’oxygéner, de bouger tout le corps et d’être en mouvement. Le sang et l’énergie se répartissent mieux dans le corps, la digestion est favorisée.
C’est important car, pendant les fêtes de fin d’année, les digestions sont plus compliquées, il y a de l’alcool, des plats différents… cette digestion peut mobiliser jusqu’à 30 % de notre énergie, et c’est important de la favoriser.

ASTUCE N°3

 

Les plantes, les tisanes

 

La menthe poivrée : Cultivée dans le monde entier, la Mentha piperita est une plante vivace reconnue pour ses vertus antalgique, antispasmodique, anti-nauséeuse, stimulante digestive et protectrice hépatique. Elle est un excellent remède naturel contre les nausées ou les vomissements, la diarrhée aigüe et les troubles digestifs mineurs comme les ballonnements, l’aérophagie, l’indigestion et certains maux d’origine hépatique.

L’OMS reconnait l’usage de la menthe poivrée sous forme de tisane dans le soulagement des spasmes gastro-intestinaux et des voies biliaires, des troubles digestifs mineurs et du syndrome de l’intestin irritable.

Le fenouil, plante vivace originaire du bassin méditerranéen, est apprécié depuis l’Antiquité pour ses vertus thérapeutiques.

En phytothérapie, on utilise habituellement les graines et l’huile essentielle de fenouil, extraite des graines et des sommités fleuries, pour favoriser la digestion et traiter certains troubles digestifs comme les ballonnements, les flatulences, l’indigestion, les nausées ou les vomissements et les douleurs abdominales. Les graines de fenouil contiennent de puissants principes actifs tels que l’anéthol, une molécule qui confère à la plante son odeur anisée caractéristique et à la propriété anti bactérienne, et la fenchone, un puissant antispasmodique qui aide à lutter contre les spasmes et douleurs abdominales. Grâce à son action carminative stimulante, cette plante vivace permet de limiter la formation des gaz intestinaux et de lutter ainsi efficacement contre l’aérophagie.Mâcher quelques graines en fin de repas.

L’artichaut: Dans l’Antiquité, les grecs et les romains utilisaient déjà cette plante herbacée vivace originaire du bassin méditerranéen pour faciliter la digestion et traiter les troubles digestifs. Les effets thérapeutiques de l’artichaut sont en partie dus à la présence de flavonoïdes, une source importante d’antioxydants, dont la cynarine, une molécule qui contribue à la protection du foie et la vésicule biliaire. Pour favoriser la digestion, on préconise de prendre de 320 mg à 640 mg d’extrait normalisé à 5% de cynarine par jour, en 1 ou 2 prises, ou de prendre 2 g de feuilles séchées d’artichaut, 3 fois par jour.

 

Le radis noir : Plante de la famille des Brassicacées traditionnellement utilisée en phytothérapie pour nettoyer et tonifier le foie et pour lutter contre de nombreux troubles digestifs tels que les nausées ou vomissements, les ballonnements, les brûlures d’estomac ou les digestions difficiles. De par sa teneur en vitamine C, en potassium, en raphanine, une substance qui confère à la plante un pouvoir antiseptique et antibactérien, en antioxydants, en isothiocyanates et en glucosinolates, aux propriétés antifongiques, antibactériennes, anti-carcinogènes et antimutagènes, le radis noir procure de nombreux bienfaits thérapeutiques : il favorise la sécrétion de la bile, stimule les contractions de l’intestin et facilite de ce fait la digestion, il nettoie le foie, diminue le taux de mauvais cholestérol et de triglycérides et freine l’adhésion de la bactérie Helicobacter pylori sur la paroi de l’estomac, principale cause d’ulcères gastroduodénaux.

On préconise de prendre du jus de racines de radis noir après les Fêtes, période marquée par les excès alimentaires et une consommation importante d’alcool, afin de détoxifier le foie et de favoriser son bon fonctionnement. Prendre 15 ml de jus de racines de radis noir, l’équivalent d’1 cuillère à soupe, entre 2 et 6 fois par jour. Attention, il est recommandé de ne pas dépasser 100 ml de jus de radis noir par jour.

 

Et surtout bien mastiquer !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.